Catégorie : Le prophète Muhammad

Revue numéro 4 : édito

Par Néfissa Roty-Geoffroy
Le numéro 4 de la revue Conscience Soufie voit enfin le jour en ce mois de février 2023, après une sortie du précédent numéro en mars 2020, il y a trois ans déjà. De fait, la pandémie du Covid 19 a contraint l’association Conscience Soufie à développer ses activités en distanciel, à les intensifier : spiritualiser le quotidien devenait pour beaucoup, au creux de l’épreuve, une question de survie.

Lire la suite

Présence du Prophète ﷺ

Par Éric Geoffroy
Beaucoup de choses ont déjà été écrites ou dites au sujet de la Réalité métaphysique du prophète Muhammad ﷺ : al-haqîqa al-muhammadiyya. Elle enveloppe et illumine, rappelons-le, la personne physique, incarnée dans l’histoire, du dernier prophète de notre humanité.

Lire la suite

Conseils de lecture « Le Prophète Muhammad »

Denis Gril professeur émérite de langue arabe et d’islamologie de l’université d’Aix Marseille, est membre de l’Iremam ( Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman ). Ses recherches portent sur les fondements scripturaires de la spiritualité musulmane, sur la littérature hagiographique musulmane médiévale et sur la doctrine du soufisme, principalement l’œuvre d’Ibn ‘Arabî et celle de ses prédécesseurs et continuateurs

Lire la suite

Sayyidunâ Yûnus, le Prophète Jonas,
modèle pour une mondialité apaisée

Par S. Sébastien
Yûnus (Jonas), de son nom hébreu “Yona”, la colombe, est dans le Coran parfois dénommé l’Homme à la Baleine (Dhû al-Nûn) ou le Compagnon du poisson (Sâhib al-Hût). Comment donc un être aérien peut-il être assimilé à un être aquatique ? Si le nom évoque l’essence de l’être, ces appellations nous poussent d’entrée de jeu à nous poser les questions suivantes : ….

Lire la suite

Désert et Islam : quelques pistes

Par Eric Geoffroy
« « Le désert » c’est Dieu sans les hommes » Balzac
L’islam n’est pas né en vain dans le désert : on connaît Dieu par le vide, parce que le vide est plénitude. Il ne faut cesser de rappeler que la profession de foi (shahâda) commence par une négation absolue : « Pas de divinité si ce n’est Dieu (lâ ilaha illâ Llâh ». L’orientaliste Louis Massignon l’a bien relevé : « Dieu est affirmé davantage [en islam] par le non-être que par l’être »…

Lire la suite

L’institution du Mawlid et la louange du Prophète par ses noms

Par: Nefissa Roty-Geoffroy
La fête du Mawlid – ou Mawlûd [1] – célèbre la naissance du Prophète Muhammad, le 12 rabî’ al-‘awwal, au troisième mois du calendrier islamique. A l’époque du Prophète, cet événement n’était pas fêté, bien sûr. Pour autant, le Prophète jeûnait toujours le lundi car, expliquait-il, c’était le jour de sa naissance et celui du début de sa prophétie. Après sa mort, les musulmans ont ressenti le besoin de commémorer la naissance du prophète Muhammad en pratiquant des actions de grâces particulières…

Lire la suite

La Burda, Pour l’amour du prophète Muhammad

Par Néfissa Roty-Geoffroy
En cette soirée bénie du Mawlid et en ces temps troublés, convier la Burda semble incontournable. La burda un long poème[1] (qasîda) à l’éloge du Prophète Muhammad composé par al-Būsīrī[2] (m. 1296), un soufi égyptien, élève d’Abu al-‘Abbâs al- Mûrsî, lui-même disciple de l’Imâm al-Shâdhilî. Poète de renom[3] et calligraphe, al-Busîrî écrivit cette œuvre alors qu’il souffrait d’une paralysie.

Lire la suite

Poème à l’éloge du Prophète Muhammad : Al-Burda – Le Manteau

Traduction de Néfissa Roty-Geoffroy

مَوْلايَ صَلِّ وَسَلِّـمْ دائِمًا أَبَدًا عَلى حَبـيـبِكَ خَيْـرِ الْخَلْقِ كُلِّهِم
Mawlâya salli wa sallim dâ’iman abadan
‘alâ habîbika khayri khalqi kullihimi
Ô mon Maître, étends Tes grâces, toujours et à jamais,
Sur Ton Bien-aimé, la meilleure de toutes les créatures.

مُحَمَّدٌ سَـيِّدُ الْكَــوْنَيْنِ والثَّقَلَـيْنِ وَالْفَريقَـيْنِ مِنْ عَـرَبٍ وَمِنْ عَجَـمِ
Muhammad est le seigneur des deux mondes, des deux catégories d’êtres
Et des deux groupes, Arabes et ‘Ajamî.

Lire la suite

Poème du cheikh al-‘Alâwî : Sallâ Allâh ‘alayk yâ nûr

L’éloge, ou « panégyrique » (madh), a toujours été un des thèmes principaux de la poésie arabe depuis l’époque pré-islamique. Avec l’établissement des cours califales et princières de l’Empire islamique, le dithyrambe des poètes s’orienta, contre monnaie trébuchante et de façon très hypocrite, vers les gouvernants de ce monde. Le thème de l’éloge du Prophète, quant à lui, ne pouvait faire l’objet de commerce ; il se développa donc « bien loin des cours », ce qui peut aussi s’expliquer par les déficiences spirituelles des poètes « officiels ». L’éloge du Prophète n’a ainsi « trouvé de représentants réellement dévoués que parmi les soufis, l’amour étant leur seule motivation et leur unique source d’inspiration ».

Lire la suite

Poème du cheikh al-‘Alâwî : Dam’i mihtâl min ‘ayni madhahâ

De fait, on peut porter au crédit des soufis leur amour intense et exalté pour le Prophète, eux qui sont à l’origine de la célébration de son « anniversaire » (mawlid), au XIIe siècle. Ce sont les innombrables poèmes et chants qu’ils ont composés pour louer l’« élu » (al-mustafâ) qui ont déterminé le genre littéraire de l’« éloge du Prophète » (madh nabawî)… La nostalgie de la présence du Prophète culmine sans doute dans ce poème du cheikh ‘Alâwî :
Les larmes ruissellent
De mes yeux épuisés par les pleurs.
Ô zéphyr du soir
Porte à Taha mon salut !

Lire la suite

L’Oraison de la Mer – Ḥizb al-Baḥr

L’oraison de la Mer est réputée recéler de grandes vertus de protection et de nombreux secrets initiatiques. L’imam Abû l-Hasan al-Shâdhilî affirme l’avoir reçue directement du Prophète, et l’on sait que ce type d’inspiration n’est pas rare chez les maîtres, notamment chez les « fondateurs » d’ordres soufis.
Peu avant de mourir, al-Shâdhilî recommanda à ses disciples d’y porter une attention particulière.
« Apprenez-la pour la transmettre à vos enfants…

Lire la suite
Chargement

Évènements à venir

Aucun événement trouvé !