Hommage à Eva de Vitray-Meyerovitch

Interprète française de l'œuvre de Rumi (m. 1273).

Elle consacra sa vie à traduire les écrits de Rumi et à le faire connaître au public francophone.

En partenariat avec l’association des Amis d’Eva.

Je soutiens ce projetLe site des amis d'Eva

Des articles

Des articles décrivant son parcours et son œuvre, ainsi que des témoignages d’amis…Retrouvez-les tous ici-même sur cette page.

 

Des vidéos

Dans cette série « Trésor de souvenirs », nous collectons le témoignage de quelques personnes qui ont personnellement connu Eva de Vitray-Meyerovitch.

Des podcasts

Des émissions radio où on entend Eva de Vitray-Meyerovitch nous décrire sa vision de l’islam, du soufisme et de certains aspects de l’enseignement de Rumi : la parabole, la poésie cosmique, la prière ou encore la psychologie des profondeurs…

Le 20 decembre 2020

Une rencontre en hommage à Eva de Vitray-Meyerovitch. Nous évoquerons sa vie et son œuvre. Ainsi que les liens qu’Eva de Vitray a noué avec la Turquie, Konya en particulier, où elle est enterrée non loin du mausolée de Rumi.

Mevlâna Jalâl al Dîn Rûmî – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Mevlâna Jalâl al Dîn Rûmî – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Puis est venu l’Islam et le fleuron de cette époque qui a été Rumî, qui a donné à toute cette région une empreinte absolument ineffaçable. Vous savez quand on est à Assise, (j’aime beaucoup le rapprochement entre St François d’Assise et Rumî, parce qu’ils se ressemblent beaucoup et ils sont à peu près contemporains), quand on va à Assise on sent encore aujourd’hui cette douceur franciscaine, quand on va à Konya aujourd’hui on sent encore l’empreinte de son fondateur, qui est aussi cette douceur,

Enseigner en paraboles  – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Enseigner en paraboles – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

L’enseignement par paraboles, par apologues, est un trait tout à fait caractéristique de la littérature islamique, en général – qu’il s’agisse aussi bien de littérature arabe, persane, turque ou indonésienne. Rûmî, lui-même, décrivait cette forme d’enseignement comme suit : « Mes facéties n’en sont pas, elles paraissent simples, mais en réalité c’est un enseignement ». L’intention est toujours de tenter d’éveiller l’esprit de l’auditeur à une vérité qu’il est capable de percevoir et, donc, de s’adresser à lui, en mettant en œuvre, toutes les ressources de l’émerveillement.

Le rêve et le miroir par Eva de Vitray-Meyerovitch

Le rêve et le miroir par Eva de Vitray-Meyerovitch

Celle–ci, en ce qui concerne la culture musulmane, est merveilleusement bien illustrée dans l’œuvre de ce grand poète dont vous venez de parler, Rûmî. Selon lui, le monde n’est pas totalement irréel –comme la Maya de l’Inde¹ – ce n’est donc pas un monde illusoire, mais un monde qui, face à la Réalité qui transcende toute chose, est un peu comme un reflet dans un miroir. Le reflet existe bien, mais ce n’est jamais qu’un reflet ou une réalité un peu participée. Un hadith, c’est–à–dire une parole du Prophète de l’Islam, affirme que l’homme dort toute sa vie et que c’est simplement lorsqu’il meurt, qu’il se réveille².

Universalité de l’islam – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Universalité de l’islam – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Toutes les religions du monde tirent leur nom de leur fondateur, ou du peuple où elles ont pris naissance : le christianisme à cause de Jésus-Christ, le bouddhisme à cause de Bouddha, le zoroastrisme à cause de Zoroastre, le judaïsme à cause de la Judée… Il en va tout autrement avec l’islam, qui présente cette particularité unique de n’être associé à aucun homme ou peuple particulier. Le mot « islam » n’implique pas de relation à un fondateur de religion ; l’islam, c’est en réalité une attitude d’esprit fondamentale de l’homme, qui va impliquer une universalité.

L’âme de la culture islamique – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

L’âme de la culture islamique – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Je crois que c’est justement d’abord parce que l’islam reconnaissait la vérité de toutes les Écritures révélées, et qu’il était par nature universaliste. Je ne dirais pas « tolérant », car la tolérance implique une certaine condescendance, or il ne pouvait pas y en avoir du fait même du Message apporté, qui n’était qu’un rappel et une confirmation. Le Coran se définit lui-même comme un Rappel des autres religions et comme une confirmation, comme une sorte de mise au point définitive.

L’architecture symbolique – Entretien d’Eva de Vitray-Meyerovitch

L’architecture symbolique – Entretien d’Eva de Vitray-Meyerovitch

Quand on entre dans une mosquée, à Lahore, au Caire ou en Afrique du Nord, la profane que je suis dans le domaine qui est le vôtre, Olivier Marc – puisque vous êtes architecte et psychanalyste – s’étonne des prodigieuses différences et, en même temps, de l’extrême ressemblance de ces mosquées… Bien sûr, l’âme en est commune. Pourriez-vous nous expliquer comment ces ressemblances l’emportent sur les différences ?

La tradition musicale – Entretien d’Eva de Vitray-Meyerovitch

La tradition musicale – Entretien d’Eva de Vitray-Meyerovitch

Dans la musique occidentale, nous avons affaire à une conception qui procède par plan, par architecture, dans un style bien défini et presque tangible pour l’esprit humain. Alors que, dans la musique de l’Islam, on procède tout à fait différemment : il n’y a pas ces oppositions que nous trouvons dans la musique occidentale où tel plan s’oppose à tel autre afin de créer un équilibre.

Association Conscience Soufie
14 avenue de l’opéra,
75001 PARIS
Contact: info@consciencesoufie.com
ISSN : 2777-9289