Conscience Soufie

Publications
AdhésionDons
Les conseils de lecture de Abd-al-Haqq Guiderdoni

Les conseils de lecture de Abd-al-Haqq Guiderdoni

Quelques références bibliographiques citées par Abd-al-Haqq Guiderdoni lors de sa conférence « Unicité et abandon » du 12 avril 2020. A cet égard, nous vous rappelons la recommandation qu’il nous a transmise : « Mieux vaut lire peu, mais attentivement ».

L’émergence de la fonction de maître spirituel dans le soufisme

L’émergence de la fonction de maître spirituel dans le soufisme

Par Jean-Jacques Thibon
Dans toutes les traditions religieuses ou philosophiques qui ont recours à cette fonction, la figure du maître spirituel n’est ni univoque ni intangible. Le soufisme ne fait pas exception, lui qui fut une réalité avant d’avoir un nom, selon Qushayrî (m. 1072). De la même manière, la maîtrise spirituelle a existé avant d’être nommée ou clairement identifiée comme telle…

La sagesse du Mathnawi de Rumi

La sagesse du Mathnawi de Rumi

Par Clara Murner
Bouleversé par son expérience, un derviche me dit un jour que, récitant son Evrad [7] sur un chemin de campagne, à la tombée du jour, soudain, il fut ébloui par un rayonnement intense, provenant de la ligne d’horizon, éblouissement presqu’insupportable qui l’atteignit jusqu’au tréfonds de l’âme. Troublé et émerveillé, une fois rentré chez lui, il ouvrit le Mathnawî au hasard,

D’Eva de Vitray-Meyerovitch à Rûmî : la médiation de Muhammad Iqbal

D’Eva de Vitray-Meyerovitch à Rûmî : la médiation de Muhammad Iqbal

Par Eric Geoffroy
« Ce qui me frappe chez Iqbal, continue-t-elle, c’est une constante recherche de l’unité dans sa vision du monde. Un désir permanent de concilier les principes fondamentaux du Coran et les découvertes de la science. Son ami Bergson disait qu’il fallait apporter un supplément d’âme à la culture occidentale. C’est exactement ce qu’il [Iqbal] voulait faire ».

La Burda, Pour l’amour du prophète Muhammad

La Burda, Pour l’amour du prophète Muhammad

Par Néfissa Roty-Geoffroy
En cette soirée bénie du Mawlid et en ces temps troublés, convier la Burda semble incontournable. La burda un long poème[1] (qasîda) à l’éloge du Prophète Muhammad composé par al-Būsīrī[2] (m. 1296), un soufi égyptien, élève d’Abu al-‘Abbâs al- Mûrsî, lui-même disciple de l’Imâm al-Shâdhilî. Poète de renom[3] et calligraphe, al-Busîrî écrivit cette œuvre alors qu’il souffrait d’une paralysie.

Le premier traité de soufisme

Le premier traité de soufisme

Par Denis Gril
Le soufisme est un aspect de la sagesse éternelle, universelle, et à ce titre il existerait depuis Adam. D’un point de vue historique, il s’est incarné dans le corps de la religion islamique, née en Arabie au VIIe siècle. On peut donc le définir comme la dimension intérieure, spirituelle de l’islam. Dans le Coran (57 : 3), Dieu est présenté comme étant à la fois l’Extérieur et l’Intérieur, l’Apparent et le Caché. Or, pour les soufis, la création est à l’image de Dieu.