Hommage à Eva de Vitray-Meyerovitch

Interprète française de l'œuvre de Rumi (m. 1273).

Elle consacra sa vie à traduire les écrits de Rumi et à le faire connaître au public francophone.

En partenariat avec l’association des Amis d’Eva.

Je soutiens ce projetLe site des amis d'Eva

Des articles

Des articles décrivant son parcours et son œuvre, ainsi que des témoignages d’amis…Retrouvez-les tous ici-même sur cette page.

 

Des vidéos

Dans cette série « Trésor de souvenirs », nous collectons le témoignage de quelques personnes qui ont personnellement connu Eva de Vitray-Meyerovitch.

Des podcasts

Des émissions radio où on entend Eva de Vitray-Meyerovitch nous décrire sa vision de l’islam, du soufisme et de certains aspects de l’enseignement de Rumi : la parabole, la poésie cosmique, la prière ou encore la psychologie des profondeurs…

Le 20 decembre 2020

Une rencontre en hommage à Eva de Vitray-Meyerovitch. Nous évoquerons sa vie et son œuvre. Ainsi que les liens qu’Eva de Vitray a noué avec la Turquie, Konya en particulier, où elle est enterrée non loin du mausolée de Rumi.

La tradition musicale – Entretien d’Eva de Vitray-Meyerovitch

La tradition musicale – Entretien d’Eva de Vitray-Meyerovitch

Dans la musique occidentale, nous avons affaire à une conception qui procède par plan, par architecture, dans un style bien défini et presque tangible pour l’esprit humain. Alors que, dans la musique de l’Islam, on procède tout à fait différemment : il n’y a pas ces oppositions que nous trouvons dans la musique occidentale où tel plan s’oppose à tel autre afin de créer un équilibre.

La poésie cosmique – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

La poésie cosmique – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

C’est un cosmos sacralisé et tous les êtres sont reliés entre eux par mille liens fraternels. De même que dans les Fioretti de Saint François d’Assise, les histoires des mystiques musulmans nous rappellent constamment qu’un maître, par exemple, fait taire les grenouilles d’un étang qui coassaient pendant l’un de ses discours, que les chiens font cercle autour d’un autre pendant la prière, qu’un bœuf qu’on menait à l’abattoir demande au maître spirituel qui passe d’intervenir pour qu’on ne le sacrifie pas.

Une civilisation de la parole – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Une civilisation de la parole – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Pour les musulmans, la langue arabe est, dans une certaine mesure, un miracle. C’est le Coran, lui-même miracle, qui a instauré dès l’origine cette langue parfaite. Alors que d’autres religions disent « Écoute » ou « Lis », le Coran dit : « Proclame », « Dis ». C’est donc un message verbal, et c’est ainsi que le Coran a été révélé, comme une dictée déjà parfaite dans son expression.

La prière et le Pèlerinage – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

La prière et le Pèlerinage – Entretien avec Eva de Vitray-Meyerovitch

Et puis bien sûr, comme dans toute culture religieuse, il y a des prières spontanées : des prières de demande, d’adoration, qui dépendent uniquement de celui qui prie, et qui n’ont pas de forme prescrite. Pour les désigner, il y a dans la mystique musulmane un très beau mot, qu’on pourrait traduire, le moins mal possible, par « soif ». L’islam, comme toute religion, est nostalgique, c’est un sentiment d’exil qui s’exprime.

D’Eva de Vitray-Meyerovitch à Rûmî : la médiation de Muhammad Iqbal

D’Eva de Vitray-Meyerovitch à Rûmî : la médiation de Muhammad Iqbal

Par Eric Geoffroy
« Ce qui me frappe chez Iqbal, continue-t-elle, c’est une constante recherche de l’unité dans sa vision du monde. Un désir permanent de concilier les principes fondamentaux du Coran et les découvertes de la science. Son ami Bergson disait qu’il fallait apporter un supplément d’âme à la culture occidentale. C’est exactement ce qu’il [Iqbal] voulait faire ».

Eva de Vitray-Meyerovitch, un trésor de souvenirs : Annie Amina

Eva de Vitray-Meyerovitch, un trésor de souvenirs : Annie Amina

Son mélange de culture et de très grande simplicité était étonnant. Elle parlait de Rûmî, dont elle a traduit la plupart des œuvres, en racontant des tas d’anecdotes sur sa vie comme si il s’agissait de son voisin de palier. Eva révérait énormément Rûmî ainsi que Konya en Turquie, ville dans laquelle il est enterré. C’était pour elle le deuxième lieu saint de l’Islam et elle gardait une grande nostalgie du mausolée qu’elle visita à plusieurs reprises.

Eva de Vitray-Meyerovitch, un trésor de souvenirs : Colette-Nour Brahy

Eva de Vitray-Meyerovitch, un trésor de souvenirs : Colette-Nour Brahy

Par Colette-Nour Brahy
…Quelques jours plus tard, je montais les cinq étages de la rue Claude Bernard. Entre temps, j’avais lu trois livres sur l’Islam, dont Mystique et poésie en Islam, et j’avais dans les mains le Coran dont je n’avais lu que la première sourate, la Fatiha. « Que savez-vous déjà ? » me demanda Eva après m’avoir mise à l’aise. Confuse, je dus bien répondre : « Rien ». « C’est un excellent début », répliqua-t-elle en souriant.

Eva de Vitray-Meyerovitch : « Notre mère Hawâ »

Eva de Vitray-Meyerovitch : « Notre mère Hawâ »

L’article suivant est le texte de l’intervention de H. Nur Artıran donnée lors de la conférence en ligne du 20 décembre 2020 dans le cadre de l’hommage rendu à Eva de Vitray-Meyerovitch, organisé par Conscience Soufie en partenariat avec l’association Les amis d’Eva de Vitray-Meyerovitch.
Les soufis éprouvent envers cette femme soufie éminente un grand respect, mais aussi un amour et une admiration immenses. Il en va de même pour les chercheurs qui œuvrent à mieux la faire connaitre auprès du grand public.

Association Conscience Soufie
14 avenue de l’opéra,
75001 PARIS
Contact: info@consciencesoufie.com
ISSN : 2777-9289