LE MOIS DE SHA‘BÂN
« Mois du Prophète »
* sur lui la Prière et la Paix *

Cette année 2020 – 1441 de l’année hégirienne – la nuit de la mi-Cha‘bân (nisf sha‘bân), est mercredi 8 avril ; le jour suivant cette nuit (en islam, la nuit précède le jour), c’est-à-dire jeudi 9 avril, jeûner est recommandé.

Aîcha – qu’Allâh soit satisfait d’elle – a rapporté que l’Envoyé d’Allâh – sur lui la prière et la paix – a dit : « Ô Aîcha ! Quelle est cette Nuit » ? – « Allâh et Son Prophète sont plus savants », lui répondis-je. « C’est la Nuit du milieu de Sha‘aban, et en cette nuit sont élevées les actions de ce monde et celles des serviteurs. Dans cette nuit Allâh affranchit du Feu autant (de musulmans) qu’il y a de poils sur les moutons des Bani Kalb. Me permets-tu cette Nuit » ? – « Oui, lui dis-je ».

 « Alors il pria en allégeant la station debout dans laquelle il récitait la Fâtiha et une sourate courte, puis il se prosterna et sa prosternation dura jusqu’à la moitié de la nuit. Ensuite il se releva pour une deuxième rak‘ate, dans laquelle il récita autant que dans la première ; puis il se prosterna, et sa prosternation dura jusqu’au fajr ». « Je le regardais et j’en arrivai à penser qu’Allâh – qu’Il soit exalté – l’avait saisi. Comme cela durait, je me rapprochais de lui au point de lui toucher la plante de ses pieds. Il remua alors et je l’entendis dire : 
« Je demande protection par Ton Pardon contre Ton Châtiment. Je demande protection par Ta Satisfaction contre Ta Colère. Je demande protection par Toi, contre Toi. Que soit exalté Ta propre Louange, car je ne trouve pas de louange digne de Toi, Tu es tel que Tu Te loues Toi-même ! » 

Du‘a de la Nuit du milieu de Sha‘bân

« Allâhumma, ô Maître de la Grâce qui n’a nul besoin qu’on Lui fasse Grâce ! Ô Maître de la Munificence et de la Bienfaisance, ô Maître de la Majesté et de la Générosité ! Il n’y a pas d’autre dieu que Toi, Toi l’abri des réfugiés, la Sécurité des effrayés et le Protecteur des chercheurs de protection. »

« Allâhumma, si chez Toi, dans la Mère du Livre, Tu m’as inscrit comme malheureux ou dépourvu de chance, ou réduit à la misère, efface, ô Allâhumma, dans la Mère du Livre, mon malheur, ma malchance et mon indigence, et inscris-moi chez Toi heureux, voyant, muni de bien, apte aux bonnes actions, dispensé de (recevoir) nourriture de celui qui m’endommage, car Tu as dit – et Ta Parole est Vérité – dans Ton Livre révélé à Ton Prophète envoyé : « Allâh efface ce qu’Il veut, aussi Il confirme, et chez Lui se trouve la Mère du Livre » (Coran 13 : 39)

 « Mon Dieu, par la Manifestation Suprême de la Nuit du Milieu du mois de Sha‘bân Vénéré *, dans laquelle est fractionné (détaillé) tout commandement sage et aussi renforcé, détourne de nous le mal, le malheur, la disette et les épidémies, ce que nous en savons et ce que nous en ignorons, et ce dont Tu es le Plus Savant, car Tu sais et nous ne savons pas, alors que Tu es le Savant par excellence des choses cachées. Et qu’Allâh prie sur notre Seigneur Muhammad, sur sa famille et ses compagnons et les salue ! Âmîn ! »