Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999)

l’interprète française de Rûmî.

Par Eric Geoffroy

Islamologue et écrivain, (Boulogne-Billancourt 1909 –Paris 1999)

Issue d’une famille très religieuse (une grand-mère anglicane et des parents catholiques), Eva de Vitray-Meyerovitch suivit sa scolarité dans des établissements catholiques et opta pour une licence de droit avant d’entamer un doctorat de philosophie sur La symbolique chez Platon. À l’âge de 22 ans, elle épousa Lazare Meyerovitch, d’origine juive lettone. Elle devint administratrice au laboratoire de Frédéric Joliot-Curie, avec qui elle s’échappa de Paris en 1940 lors de l’occupation allemande. Après la Libération, elle entra comme chercheur au CNRS. Elle fit la connaissance de Louis Massignon, avec lequel elle resta très liée et qui la soutint lors de la mort brutale de son mari, au début des années 1950. Elle vécut six ans en Egypte où elle enseigna la philosophie en tant que déléguée du CNRS.

Elle découvrit l’islam à travers l’ouvrage Reconstruire la pensée religieuse de l’islam, du penseur et poète indien Muhammad Iqbal (m. 1938). Après trois années d’étude en théologie chrétienne à la Sorbonne, elle choisit de devenir musulmane. Mais elle entra en islam « sans rien renier », « comme des retrouvailles ». Elle parlait du Coran comme de « l’eucharistie des musulmans ». Profondément influencé par Jalâl al-Dîn Rûmî (m. 1273), Iqbal introduisit Éva de Vitray à l’oeuvre de ce poète persan, et l’éveilla ainsi à la dimension mystique de l’islam, le soufisme. Éva étudia donc le persan afin de pouvoir lire Rûmî. Dès lors, elle consacra sa vie à traduire son œuvre et à le faire connaître au public francophone ; elle fut parallèlement disciple de deux maîtres spirituels vivants.

Outre Le Livre du Dedans, recueil de paroles riche d’un enseignement spirituel direct, elle traduisit de nombreux poèmes que Rûmî composa à l’adresse de son propre maître, Shams de Tabriz, et surtout les 50000 vers du Mathnawî, somme poétique surnommée « le Coran persan » : cette traduction lui demanda dix années de travail acharné. Elle publia et traduisit aussi l’œuvre d’Iqbal et d’autres auteurs soufis. Elle reçut la Légion d’Honneur égyptienne des mains du président Moubarak pour avoir contribué à faire connaître au monde la dimension intérieure de l’islam.

           Elle s’éteignit le 24 juillet 1999 et fut inhumée en région parisienne. Elle lègue en héritage une quinzaine d’ouvrages et une vingtaine de traductions. À partir de 2003, des démarches furent effectuées pour transférer sa dépouille en Turquie, pays où elle était devenue citoyenne d’honneur. Finalement, le 17 décembre 2008 – date anniversaire de la mort de Rûmî – une cérémonie officielle accompagna la mise en terre du cercueil d’Éva à Konya, ville où s’était établi Rûmî. Son nom reste à jamais associé à celui d’un des plus grands poètes et spirituels de l’histoire de l’humanité.

Bibliographie d’Eva de Vitray-Meyerovitch

Bibliographie essentielle :

  • Mystique et Poésie en Islam, éd. Desclée de Brouwer, 1972.
  • Rûmî et le Soufisme, éd. du Seuil, 1977, réédité en 2005, collection Points Sagesses. Ouvrage traduit en anglais, roumain, portugais, bosniaque et tchèque.
  • Anthologie du Soufisme, éd. Sindbad, 1978, plusieurs rééditions, Albin Michel. Ouvrage traduit en italien.
  • Jésus dans la Tradition Soufie, co-écrit avec Faouzi Skali, éd. de l’Ouvert, 1985, réédité et complété en 2004, Albin Michel. Ouvrage traduit en italien, en espagnol et en catalan.
  • Konya ou la Danse Cosmique, éd. Renard, 1990. Ouvrage traduit en turc.
  • Islam, l’autre Visage, éd. Albin Michel, 1995. Ouvrage traduit en espagnol, en anglais et en turc.
  • La Prière en Islam, éd. Albin Michel, 1998, Albin Michel. Ouvrage traduit en italien et en turc. (son dernier ouvrage).

Traductions du persan

  • Le Livre de l’Eternité, de Muhammad Iqbal, avec de la collaboration de Mohammed Mokri,éd. Albin Michel, 1962.
  • Le Livre du Dedans, de Jalâl ud Dîn Rûmî, éd. Sindbad, 1975, plusieurs rééditions, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes. Ouvrage traduit en italien et en espagnol.
  • Maître et Disciple, de Sultan Valad, éd. Sindbad, 1982.
  • Mathnawî : La Quête de l’Absolu,  de Jalâl ud Dîn Rûmî, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, éd. du Rocher, 1990.
  • Les Quatrains de Rûmi, de Jalâl ud Dîn Rûmî, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, Albin Michel, 2000.
  • La Roseraie du Mystère, de Mahmud Shabestari, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, éd. Sindbad, 1991.

Traductions de l’anglais

  • Reconstruire la Pensée Religieuse de l’Islam, de Muhammad Iqbal, éd. Adrien-Maisonneuve, 1955, réédité en 1996, éd. du Rocher / UNESCO.
  • La Métaphysique en Perse, de Muhammad Iqbal, éd. Sindbad, 1980. 

Éléments biographiques d’Eva de Vitray-Meyerovitch

5 novembre 1909 : naissance d’Eva Lamacque de Vitray à Boulogne-Billancourt
Années 1920 : éducation scolaire chez les religieuses à Boulogne puis à Paris.
1932 : mariage avec Lazare Meyerovitch, d’origine juive lettone.
Années 1930 : doctorat de philosophie et thèse sur La symbolique chez Platon. Naissance d’un premier garçon.
1940 – 1944 : réfugiée en Corrèze ; son mari s’engage dans les Forces Françaises Libres.
1945 : entrée au C.N.R.S. (département des Sciences Humaines) et installation au 75, rue Claude Bernard.
1945 – 1950 : rencontre avec Louis Massignon ; découverte et début de la traduction de l’œuvre de Muhammad Iqbâl (Reconstruire la pensée religieuse, Message de l’Orient, Les mystères du non-moi, La Métaphysique en Perse…) qui lui fait découvrir Rûmî. Entrée en islam après trois ans d’exégèse chrétienne à la Sorbonne.
1955 : Apprentissage du persan et premières traductions de Rûmî. Naissance d’un second garçon.
1961 : décès de son mari.
1968 : thèse de Lettres (Université de Paris) : Thèmes mystiques dans l’œuvre de Djalâl od-Dîn Rûmî.
1969 – 1973 : détachement au Caire où elle enseigne à l’université al-Azhar.
1971 : pèlerinage à La Mecque
1970 -1980 : nombreux voyages dans le monde musulman. Activité d’enseignante, de traductrice et de conférencière.
Missions à l’U.N.E.S.C.O. où elle rencontre Amadou Hampâté Bâ. Collaboration avec Najm od-Dîn Bammate pour des émissions de radio et de télévision. Début de la traduction des 51.000 vers du Mathnawî, ouvrage majeur de Rûmî et chef-d’œuvre du Patrimoine immatériel de l’humanité, traduction des Odes Mystiques , du Livre du dedans. Publication de Rûmî et le soufisme qui sera traduit en plusieurs langues.
1990 : parution de la traduction française des 51.000 vers du Mathnawî . Traduction des Lettres de Rûmî, des Rubai’yât.
1995 : publication des entretiens avec Rachel et Jean-Pierre Cartier, « Islam, l’autre visage ».
1998 : parution de son dernier ouvrage, La prière en islam.
Elle est aussi l’auteure de nombreux ouvrages qui seront traduits en plusieurs langues comme Konya ou la danse cosmique, Mystique et poésie en Islam, Rûmî et le soufisme, Anthologie du Soufisme, La Mecque et Médine, Les Chemins de la Lumière : 75 contes soufis, Contes soufis, Le chant du soleil, Islam et Christianisme (avec Jean-Yves Leloup), Jésus dans la Tradition Soufie (avec Faouzi Skali), etc. Elle a participé en tant que spécialiste de l’islam aux ouvrages collectifs : Dictionnaire des symboles et La Traversée des signes.
24 juillet 1999 : décès dans son appartement de la rue Claude Bernard après plusieurs années de souffrance. Elle est inhumée dans la plus stricte intimité au cimetière de Thiais, en région parisienne.
17 décembre 2008 : cérémonie de re-inhumation au cimetière des Trois Saints à Konya, face au mausolée de Rûmî.