Conseils de lecture autour du Coran

Par Néfissa Geoffroy et Loubna Serrar

Les traductions du Coran 

Il existe plus de 120 traductions françaises du Coran.  La plus ancienne,  « L’Alcoran de Mahomet translaté d’arabe en françois », par André du Ryer paraît en 1647 . Mais il a fallu attendre le milieu du XIXe siècle pour disposer, avec la version de Kazimirski  (1808-1887), d’un texte en langue française relativement fiable.

Aujourd’hui, de nombreuses traductions du Coran sont disponibles. Nous vous recommandons en particulier les quelques références ci-dessous :

– Maurice Gloton, Le Coran, Essai de traduction et annotations, Éditions Albouraq, 2014 (édition bilingue).
Traduction motivée par un très fort souci de l’étymologie arabe ; objectif pertinent, mais qui donne parfois lieu à des expressions lourdes en français et peu compréhensibles ; ajouts très utiles : introduction technique, index thématique et de nombreuses notes.

– Abdallah Penot, Le Coran, Traduit et annoté, Éditions Alif, 2011 (édition bilingue).
Bonne traduction en langue française, simple et accessible, mais peu de notes et de commentaires.

– Denise Masson, Le Coran, Traduction, commentaires et notes, préface de Jean Grosjean, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Éditions Gallimard, 1967 (réédition 2013).
– Denise Masson, Essai d’interprétation du Coran inimitable, traduction revue par Sobhi Saleh, Beyrouth, Éditions Dar al-Kitab Allubnani, 1980 (même traduction que la précédente, mais approuvée par al-Azhar, édition bilingue).
Bonne traduction, mais qui s’éloigne parfois un peu trop de l’arabe ; avec index thématique ; la traduction de la Pléiade comprend une longue introduction.

– Jacques Berque, Le Coran, essai de traduction, Coll. Spiritualités vivantes, Paris, Éditions Albin Michel,2002.
C’est plutôt un essai littéraire pour rendre l’arabe ancien coranique dans une langue française classique : des trouvailles intéressantes, mais des interprétations parfois trop personnelles ; à la fin de la traduction se trouve un chapitre « En relisant le Coran », édité également à part, qui est très intéressant.

Pour les anglophones :

– Muhammad Asad, The Message of the Qur’an, translated and explained, Dar Al.Andalus, Gibraltar, 1980.
Ouvrage volumineux (2000 pages), qui se présente avant tout comme un commentaire du Coran, avec une présentation de chaque sourate et de très nombreuses notes ; la traduction en anglais est en vis à vis du texte coranique, qui ne se lit pas très facilement car la taille de la police arabe est très petite.

Autres traductions en ligne :

Nous vous signalons également, le lancement depuis 2019 du site web « Coran 12-21 », par Tristan Vigliano et Mouhamadoul Khaly Wélé. Il présente de manière parallèle plusieurs traductions du Coran en Europe occidentale depuis les origines (XIIe siècle) jusqu’à nos jours, et notamment celle de Muhammad Hamidullah (c’est la version corrigée en 2000, de facture assez littéraliste) ainsi que le Tafsīr al-Jalâlayn, « commentaire des deux Jalâl »  composé au XVe siècle par les savants égyptiens, Jalâl al-Dîn al-Maḥallî et Jalâl al-Dīn al-Suyūṭī :  https://coran12-21.org/fr/sourates/s12

Introduction au Coran

Pour une introduction au Coran, ses principaux thèmes, son contexte historique et culturel, et les principales contreverses qu’il a sucité, nous vous conseillons l’ouvrage suivant :

Farid Esack, Coran, mode d’emploi, Traduit de l’anglais par Jean-Louis Bour, Préface de Rachid Benzine, (Spiritualités / L’islam des lumières) Paris, Albin Michel, 2004.

Pour une première exploration de la langue du Coran et des racines arabes, en suivant le fil conducteur de la Fâtiha, sourate qui « ouvre » le Coran, et appelée par le prophète Muhammad, « La mère du Livre » (Umm al-Kitâb) :

– Odile Meriam Tourki, Al-Fâtiha – Clé du Coran, Ed. Tawhid, 2015 (citations coraniques bilingues).

Enfin, vous trouverez ci-dessous une vidéo du grand réciteur du Coran, Cheikh Abdelbasset Abdul Samad (1927-1988), avec des sous-titres en francais et en anglais. On y entend une récitation des 4 sourates courtes suivantes :  sourate al-balad (90),  sourate al-chams (91), sourate aḍ-ḍuḥā (93) et sourate al-sharh (94).